Sélectionner une page

Un article sur la tristesse ? Un lundi en plus ? Bof, c’est pas très tentant. T’as pas un truc plus réjouissant ? Si, à la fin de l’article.
Mais avant, pourquoi c’est pas très tentant ? Parce que c’est pas top d’être triste ? Parce que c’est quelque chose que tu évites par-dessus tout ? Parce que ça ne se fait pas d’être triste – et encore moins de le montrer ?
Ok mais, franchement, ça ne t’arrive jamais de ressentir de la tristesse ?
Moi, si.
De moins en moins souvent. Et de moins en moins longtemps. Depuis que je n’y résiste plus. Depuis que je la vis. Pleinement.
Pour pouvoir aussi ressentir de la joie. Pleinement.
C’est tout un art… En 7 étapes.
Je t’explique tout ! Lis la suite. Et à la fin, la surprise 🙂

Ressens-tu parfois de la tristesse ?

Ressens-tu parfois de la tristesse ?
C’est tout à fait normal.
T’autorises-tu alors à être triste ? Pleinement triste ?
Essaie. Parce savoir être triste permet aussi d’être pleinement joyeux.

Savoir être triste… Quelle drôle d’idée ! La tristesse, ça s’apprend ???
Ça se ré-apprend. Ou plutôt, ça s’autorise.

Tous les enfants savent être tristes.
Puis, peu à peu, en grandissant, on (nous) apprend à taire notre tristesse, à la dissimuler.

Aux yeux des autres.
Par pudeur, ou par peur du jugement.
Pour ne pas – en plus – dévoiler notre vulnérabilité.

Parfois à nos propres yeux même.
Parce que la tristesse est souvent associée à de la faiblesse.
Le « Ne pleure pas, sois fort-e ! » a laissé des traces…

Le problème est que la tristesse s’accumule. La nier, la cacher, faire semblant, s’enivrer d’alcool ou d’activités frénétiques pour l’oublier ne va pas l’éloigner. Ou juste en apparence, en surface.
Pour ressurgir alors inopinément, régulièrement, sans raison apparente.
Ou se transformer en colère stérile.
Ou en évitement. Ne plus aimer, ne plus s’engager, pour ne plus souffrir.
Ou même en maladie…

La tristesse est un signal d’alarme.

La tristesse est un signal. Qui comme tous les signaux du corps, tambourine de plus en plus fort jusqu’à se faire entendre. Et écouter.

La tristesse a un rôle. Elle se manifeste lorsque nous sommes privés de quelque chose ou de quelqu’un qui a de la valeur à nos yeux. Elle signale un manque affectif. A combler. Sous peine de souffrance aggravée, et de danger. Tout comme le signal lumineux de la jauge d’essence indique un manque d’essence. A combler. Sous peine de panne, et d’arrêt.

Tant que tu ne remettras pas d’essence dans ta voiture, elle ne redémarrera pas.
Tant que tu ne combleras pas ton manque affectif, la tristesse persistera, ou se transformera. En colère stérile, en évitement, en maladie…

Le mieux serait alors de faire le plein, directement.
Pour le plein d’essence, tu sais comment faire.
Pour le plein d’affectif, c’est un chouia plus compliqué…

Parce que la perte, la privation, la séparation, la non-obtention que tu as vécue est peut-être irrémédiable.
Parce que le manque affectif vient souvent de beaucoup plus loin.

Surtout si tu ne remplis ton réservoir qu’au minima depuis des années, sans prévoir les imprévus.
Surtout si tu n’écoutes pas le signal que t’envoie, obstinément, la tristesse, sous ses différentes formes…

 

L’art de la tristesse, en 7 étapes

Alors, si c’est le cas, je te propose de ré-apprendre l’art de la tristesse, pas à pas :

 

1 – Repère la tristesse

Facile si tu pleures ou que tu as envie de pleurer. Même des larmes qui te viennent aux yeux devant la gentillesse d’un geste ou d’un mot par exemple, indiquent une tristesse, plus cachée, d’un besoin de douceur, de bienveillance, de reconnaissance, qui te manque.

Plus difficile quand elle est transformée en colère. Colère contre la personne, l’objet, l’événement que tu considères responsable de ta frustration, de ta privation.
Pose-toi simplement la question, quand tu es seul-e : est-ce / était-ce vraiment de la colère ou plutôt de la tristesse suite à quelqu’un que j’ai perdu ou quelque chose que je n’ai pu obtenir ?

 

2 – Autorise-toi la tristesse

Tu as le droit de te sentir triste.
Il est légitime d’être triste quand nous sommes privés de quelque chose ou quelqu’un qui a de la valeur à nos yeux.
C’est une émotion, normale, utile ; un signal qui t’avertit, qui te guide.
Et en aucun cas une marque de faiblesse.

S’autoriser la tristesse, ce n’est pas l’étaler aux yeux de tous.
S’autoriser la tristesse, c’est simplement se dire : « Là maintenant, je suis triste, et c’est ok, j’ai le droit. »

Quelle que soit l’ampleur de ta tristesse.
Quoi que pourraient en penser les autres.

Ta tristesse est à l’échelle de la valeur donnée à ce dont tu es privé-e. A la valeur que tu donnes à la personne ou l’objet que tu as perdu-e, ou non obtenu-e.
C’est une valeur strictement personnelle, que personne ne peut juger.
Tout comme l’ampleur de ta tristesse.

 

3 – Accueille la tristesse

La tristesse a besoin d’être entendue. Par TOI.
Tu peux en parler si ça te fait du bien, mais elle veut d’abord être entendue, et écoutée, par toi.

Alors tends l’oreille, une oreille bienveillante, vers ce qu’elle veut te dire.
Écoute-la comme tu aimerais que l’on t’écoute.
Et fais preuve de compassion envers toi-même, comme tu le ferais envers un enfant qui a vécu la même expérience.

Je me sens triste là maintenant, et c’est ok.
La tristesse est là mais elle est juste transitoire. Elle a un début, et une fin.
Et si elle est là, c’est qu’elle est nécessaire, à moi, pour mon bien, même si je ne sais pas vraiment pour quoi.
Merci 🙂

 

4 – Vis la tristesse, pleinement – pendant un temps donné

Accorde-toi de vivre ta tristesse, pleinement.
Tout-e seul-e, dans ton coin, ou entouré-e de personnes bienveillantes, comme il est le plus facile pour toi.
Les larmes sont réparatrices, pas toujours accessibles. Peu importe.
Tu peux écouter de la musique triste, regarder un film triste. Écrire ce qui te traverse sur une feuille de papier ou un cahier. Ou ne rien faire.
Accorde-toi ce temps. Fais ce qui te vient. Sans chercher à faire quelque chose pour éviter de penser, pour te changer les idées.
Au contraire, autorise-toi à vivre cette tristesse. A fond.

Mais donne-toi une durée pour ça.
1 minute, 10 minutes, 1 heure, 1 journée, 1 semaine. C’est toi qui choisis.
Définis à l’avance le temps que tu vas te donner pour vivre ta tristesse, pleinement.
Si tu ne sais pas parce que c’est une tristesse immense, alors accorde-toi ce temps jour après jour.
« Aujourd’hui, je m’accorde de vivre pleinement ma tristesse. Et demain, je verrai. »
Ou : « Ce soir après le travail, je m’accorde de vivre pleinement ma tristesse. Plus d’autres petits moments dans la journée si j’en ressens le besoin. Et demain, je verrai. »

La tristesse, c’est d’abord quelque chose à vivre avec soi-même.
Évite tant que possible de l’imposer aux autres. Ce qui n’empêche pas de la partager avec ceux qui te le proposent. Sans abuser de leur bienveillance.
N’hésite pas à prévenir tes proches, tes collègues.
« Aujourd’hui, je me sens triste et j’ai besoin d’être seul-e. Ça ira mieux demain. »
« Ce matin, je me sens triste et je ne serai pas très disponible pour vous. Merci pour votre compréhension. »

 

5 – Sors de la tristesse

Une fois passé le temps que tu t’étais donné pour vivre la tristesse, pose-toi la question :
Comment je me sens maintenant ? Encore aussi triste, plus triste, moins triste, fatigué-e, apaisé-e, joyeux-e, etc… ?
Prends le temps de bien ressentir et de mettre des mots sur ce que tu ressens.

Puis : Et comment j’ai envie de me sentir maintenant ?
Mieux. Ok mais mieux comment ? Zen, gai-e, dynamique, etc… ?
Définis clairement comment tu as envie de te sentir.

Et fais quelque chose dans ce sens.
Tu as envie de te sentir zen ? Fais quelque chose qui t’apaise (jardinage, coloriage, bain moussant…)
Tu as envie de te sentir gai-e ? Fais quelque chose qui t’apporte de la joie (chanter, regarder une vidéo humoristique, appeler un ami toujours plein de gaieté…)
Tu as envie de te sentir dynamique ? Fais quelque chose qui te dynamise (courir, danser, faire du shopping…)

Pense aussi tout simplement à prendre une attitude physique plus ouverte, à sourire, à changer de tenue. Juste des petits quelques choses qui te mettent dans une autre dynamique et qui posent un changement.

Et si j’ai encore envie de me sentir triste ?
Et bien, c’est ok aussi.
Accueille ton envie de tristesse et donne-toi un nouveau temps (limité) pour la vivre pleinement.

Certaines tristesses ont besoin de plus de temps que d’autres pour se résorber. Quand le plus gros est passé, demande-toi très régulièrement dans la journée comment tu te sens et comment tu as envie de te sentir. Parce que tu ne passeras pas forcément de la tristesse à la joie, comme ça. Tu alterneras peut-être des moments de tristesse avec des moments plus neutres, ou plus dynamiques, ou plus joyeux. Des moments à vivre pleinement, aussi, quand ils sont là. En essayant de les faire durer, toujours un peu plus.

Si la tristesse ne passe pas, qu’elle a une incidence sur ta santé, ton poids, ta vie, ne reste surtout pas comme ça. Fais toi aider par un professionnel. Certains caps sont difficiles à passer seul et nécessitent un accompagnement psychologique et/ou thérapeutique.

 

6 – Remplis ton réservoir d’affectif

La tristesse révèle un manque de nature affective. Et il est nécessaire de le combler. Sous peine que la tristesse revienne, encore et encore.

Tu peux en combler une partie en t’entourant de personnes qui te sont chères.
En t’impliquant dans des activités ou projets où tu te sens important-e, utile.

Qu’est-ce qui te nourrit le plus ? Et comment peux-tu en mettre davantage dans ton quotidien, et tout particulièrement pendant cette période difficile ?

Nourris-toi de ce qui est important pour toi.
Mais sache que c’est essentiellement en te donnant toi-même l’affection, l’amour dont tu as besoin que tu combleras profondément ton manque. Ce que les autres peuvent te donner est toujours limité, toujours incertain, toujours temporaire.
Seul-e toi peux remplir encore et encore, toujours et toujours, ton réservoir d’affectif.
C’est tout un chemin, qui s’apprend, aussi.

 

7 – Prends conscience (chaque jour) que tout est changement

J’ai écrit cet article suite à la mort d’une de mes chattes. Je la cajolais encore la veille et le lendemain matin, elle s’envolait vers le paradis des animaux, sans crier gare.

On a souvent l’impression que tout ce qui est là autour de nous sera toujours là, tel que c’est maintenant. On sait au fond de nous que ce n’est pas vrai mais on a souvent tendance à se voiler la face et à faire comme si ça l’était. Que tout reste là, tel quel, est rassurant.

Mais tout ce qui stagne meurt (avant l’heure).

Tout est changement. Tout est cycle. La nature, la vie, nous.
Même ce qui semble immuable change. Juste à une plus large échelle de temps. Les montagnes apparaissent et s’érodent. L’univers s’expand.

En prendre conscience aide lors d’une perte, d’une séparation, d’une privation, d’une non-satisfaction d’un désir.
Parce que l’on sait alors qu’il y a autre chose, après.

Alors prends-en conscience. Pas seulement à ce moment-là. Mais quotidiennement.
Chaque jour, en observant la nature, les personnes autour de toi, toi, et ce qui fait ta vie.
Prends conscience que tout a un début, et une fin.
Et la tristesse aussi 😉

 

Je n’aime pas être triste !

Moi non plus.

J’ai beaucoup de techniques à mon acquis qui me permettent de passer très rapidement de la tristesse à une émotion neutre ou joyeuse. Et je les ai employées à gogo dès que je sentais la tristesse pointer le bout de son nez. Mais je ne le fais plus parce que j’ai compris que ce n’était qu’une solution à court terme.
La tristesse et là parce qu’elle a quelque chose à dire.
Et depuis que je l’écoute, que je la vis pleinement, avec bienveillance, elle revient bien moins souvent. Et quand elle revient, c’est bien moins longtemps.
C’est bien plus puissant que tu ne le penses peut-être. Essaie – même juste une fois !

Plus tu donneras de l’espace, de l’attention, de la bienveillance à ta tristesse, plus elle s’effacera vite, et plus la joie de vivre pourra prendre la place libérée.
Plus tu vivras la tristesse pleinement, plus tu vivras la joie pleinement.

Même les grands sages éprouvent de la tristesse. C’est une émotion naturelle, humaine.
La seule différence avec toi, moi, nous c’est qu’ils savent l’accueillir et juste la laisser passer, comme un nuage. En sachant que derrière, le ciel est bleu.
Et les 7 étapes, c’est ce chemin.

La souffrance, ce n’est pas d’éprouver de la tristesse.
La souffrance, c’est d’y résister…

 

Et la surprise ?

Envie de rallumer ton enthousiasme ?
Inscris-toi aujourd’hui à 7 jours pour (r)allumer ton enthousiasme, c’est gratuit 🙂

En t’inscrivant à 7 jours pour rallumer ton enthousiasme, tu reçois chaque jour un email dans ta boîte directement.

Chaque jour c’est surprise 🙂

Je ne t’en dis pas plus…