Changer, c’est d’abord devenir Soi

 

Changer, ce n’est nullement devenir un(e) autre, se contorsionner pour ressembler à un modèle « idéal ».
Changer, c’est avant tout devenir Soi.

Un Soi que l’on ne connait souvent même pas parce qu’on a grandi en se conformant tant bien que mal aux désirs de nos parents, aux exigences de nos enseignants puis aux diktats de la société.

Un Soi qui est pourtant là, toujours là, bien caché au fond de notre cœur.
Un Soi que l’on étouffe sous un énorme tas d’activités, d’habitudes et d’automatismes.
Un Soi qui se réveille en sursaut parfois, et particulièrement lors de transitions dans notre vie, ou d’événements douloureux.
Et qui réveille alors nos frustrations, nos tiraillements… que l’on cherche aussitôt à ré-enfouir sous encore plus d’activités, sous encore plus de « il faut », sous encore plus de contorsions, sous encore plus de couvertures.

Et ça ne change rien.
Et ça ne changera rien.
A part augmenter notre mal-être… et notre culpabilité de ne toujours pas se sentir heureux-se malgré tout ce que l’on a, et tout ce que l’on fait.
Ça te dit quelque chose… ?

La solution ne réside pas dans le toujours plus.
La solution réside dans le toujours moins.

Enlever les couches, une par une, se dépouiller.
Jusqu’à libérer son Soi.
Se (re)trouver Soi, derrière le personnage public que l’on s’est, au fil des ans, forgé.
Se (re)trouver Soi, avec ses aspirations les plus profondes, son Essentiel, son Essence, ce qui nous met réellement en joie, ce qui nous rend véritablement vivant.

Peut-être as-tu déjà commencé ce chemin.
Peut-être veux-tu aller plus loin, vraiment plus loin.
Tout stopper, complètement, radicalement. Au moins pour un temps donné.
T’isoler pour tout remettre à plat, tout déconstruire.
Pour y voir plus clair.
Et tout reconstruire avec ton Toi retrouvé.

C’est ce que je compte faire. Et je te propose de le faire avec moi.
Une semaine complète en totale immersion avec moi.
Une coupure nette avec ton quotidien.
Un lieu totalement isolé et inspirant, où tu n’as à t’occuper de rien d’autre que de toi-même.

 

L’intention ?

Te (re)trouver, TOI, TON Essentiel, ce qui TE rend Vivant(e).
L’idée étant de te dépouiller de tout (le temps de la retraite) pour laisser émerger le vrai Toi
et lui redonner toute sa place dans ta vie actuelle.

Le cadre ?

Le désert (l’idéal !) tunisien

La forme ?

Une retraite (itinérante) rythmée de sessions de travail, de marche et de temps pour toi

Les dates ?

Du 4 au 11 novembre 2018

 

Le programme ?

 

  • Le 4 nov : Accueil à l’aéroport de Djerba et départ direct pour le désert. Soirée autour d’un feu de bois en compagnie des chameliers qui nous chouchouteront pendant tout notre séjour dans le désert. Nuit sous tente ou à la belle étoile (au choix).
  • Du 5 au 9 nov : Retraite itinérante en randonnée chamelière alliant marche (juste quelques heures par jour et pas tous les jours), sessions de travail collectif et beaucoup d’introspection. Nuits en bivouacs.
  • Le 10 nov : Retour en 4x4 à Djerba avec escales pour se ré-acclimater avec douceur à la vie « normale ». Soirée et nuit en maison d’hôtes dans la campagne djerbienne.
  • Le 11 nov : On profite encore des derniers moments ensemble, en mode vacances, en fonction de tes horaire de départ.

 

ATTENTION !
Je ne te propose pas des vacances avec moi, mais un véritable travail sur toi.
Le désert et la randonnée chamelière, c’est « juste » le cadre (idéal) pour ça.
La seule intention est : te (re)trouver TOI.

ATTENTION bis !
Cette retraite n’est pas pour tout le monde.
J’ai choisi le désert pour son isolement et son dénuement le plus complet, et ce n’est pas par hasard. Parce que le travail sur toi va aussi passer par ça.
Tout au long de ce séjour, tu vas fouiller profond, très profond, dans les méandres de ton intérieur. Ça ne sera pas confortable, ça risque même d’être bousculant, très bousculant.
Tu passeras peut-être par des phase de colère, de larmes, de tristesse. Je serai là, le groupe sera là, mais même si j’ai toute une panoplie de techniques dans mon sac, je ne suis pas psy et au final, tu seras toujours seul(e) face à toi-même. Tu dois donc accepter par avance que cela arrive (peut-être) et te savoir suffisamment fort(e) pour traverser cela. En sachant que ces traversées émotionnelles sont souvent des déclics nécessaires à l’origine de véritables transformations, durables. 🙂

ATTENTION ter !
Pour un véritable travail en profondeur, et pour que je puisse accompagner chacun, je limite le groupe à 6 personnes, moi compris.
Je souhaite un groupe homogène, avec seulement des personnes ayant déjà travaillé un minimum sur elles. Le groupe ne sera ouvert qu’à des personnes qui se savent actrices et responsables de leur vie. Qui sont prêtes à remettre leurs limitations et croyances en question. Qui sont prêtes à entendre et recevoir des remarques et suggestions constructives et bienveillantes. Qui sont bien sûr elles-mêmes respectueuses et bienveillantes. Et qui sont prêtes à lâcher leur personnage public pour laisser renaître leur Soi véritable.

 

A la fin de la semaine…

A la fin de cette semaine, tu seras à la fois le/la même, et une autre personne.
Tu sauras exactement ce que tu veux, ce que ton cœur veut.
Et ce dont il ne veut plus.
Tu sauras la destination.
A partir de là, ton quotidien s’épurera, presque de lui-même.
Sans avoir nécessairement besoin de tout changer, de tout bousculer.
C’est l’intention, si tu as joué le jeu…

 

Si tu sens que c’est exactement pour toi, je t’invite à compléter ce formulaire qui me permettra de voir si cette retraite te convient. Si tu n’es pas sûr, que tu hésites, tu peux le remplir aussi. Je te recontacterai pour en parler ensemble.
Lien vers le formulaire : https://goo.gl/forms/wzSNCRQTpJAhPmmr1

 

Au fait…

Le prix est de 840 € (hors vol aérien)
Pour un séjour exclusif, tout inclus du 4 au 11 novembre 2018, de Djerba (aéroport) à Djerba (aéroport) : transferts, randonnée chamelière en bivouac, maison d’hôtes à Djerba, le tout en pension complète.
Non compris : les pourboires d’usage aux chameliers (~20 €)

Tu auras juste besoin de :

  • 1 passeport en cours de validité (mais on peut se débrouiller avec une carte d’identité au cas où)
  • 1 sac de couchage (mais l’agence peut éventuellement t’en prêter un)
  • 1 cahier et quelques crayons

 

Je ne sais pas encore si je proposerai d’autres retraites au désert à d’autres dates. Ce sera peut-être la seule. Donc si tu sens que c’est exactement pour toi, fais tout ton possible pour te rendre libre à ces dates là (oui, je sais, je préviens un peu tard…).
Par contre, ne force pas si tu sens que ce n’est pas vraiment pour toi. Il est fort possible que je propose d’autres retraites ou week-ends plus soft, et ailleurs.

Si tu veux absolument participer (ou si tu hésites encore et que tu as des questions), remplis ce formulaire et je te recontacterai : https://goo.gl/forms/wzSNCRQTpJAhPmmr1

A très bientôt dans le désert ? 🙂

Christine

Pourquoi le désert ?

 

Parce que le désert est le lieu idéal pour se poser, se pauser, réfléchir sur sa vie (ou autre chose), se questionner.
Et trouver les réponses.

Parce que le désert est… désert.
Pas de distraction, de télé, d’internet, de téléphone. Pas de connexion (sauf urgence) au monde extérieur.
Une déconnexion totale, hors de ton quotidien, hors du quotidien, hors du monde.
Une déconnexion totale où il n’y a plus que toi avec toi-même et les quelques personnes qui partagent le voyage…

Parce que le désert est un voyage. Toujours.
Que tu restes à un endroit fixe ou que tu marches.
Le désert est un voyage intérieur que tu le veuilles ou non, que tu le recherches ou non…

Dans ma vie de créatrice de voyages sahariens, je n’ai pas vu une seule personne revenir du désert la même.
Que tu viennes dans le désert juste pour les paysages, juste pour la découverte, juste pour l’effort physique, peu importe, tu en ressortiras différent.
On ne peut vivre dans cette immensité sans que cela ne bouscule quelque chose en nous.
On ne peut vivre dans ce dénuement sans que cela ne déclenche quelque chose en nous.
On ne peut vivre au côté des gens du désert sans que cela n’interpelle profondément quelque chose en nous…

Les premières fois où je suis allée dans le désert, je suis arrivée avec des questions sur moi, sur ma vie. J’en suis toujours sortie avec des réponses, LES réponses.
Quand j’ai commencé à accompagner des groupes, j’ai eu peur que cela ne fonctionne plus, parce que je n’avais plus vraiment de temps à moi, pour moi seule avec moi.
Cela n’a rien changé !
J’arrivais avec une question, des questions. Je revenais avec une réponse, des réponses.
Que j’ai le temps d’y réfléchir ou non.

Est-ce dû à l’immensité, à l’isolement, au dénuement, à la clarté de l’horizon, à la simplicité, au silence du désert ?
Je ne sais pas et peu importe…

Alors, en cette période où je ressens encore le besoin de remettre ma vie à plat, de redéfinir mon Essentiel et d’élaguer tout le reste,  je repense au désert…
A un séjour d’une semaine dans le désert tunisien, celui que je connais si bien et où je me sens chez moi.
Début novembre parce que c’est une des meilleures périodes. Ni trop chaude, ni trop froide.
Une semaine sans internet, sans livre même, avec juste mon cahier et des crayons.
Des journées mixant marche et moments de réflexion.

Si tu veux le partager avec moi (ou que tu hésites encore), prends contact avec moi via ce formulaire : https://goo.gl/forms/wzSNCRQTpJAhPmmr1

Hâte de te lire !

Christine

Pin It on Pinterest